Nous utilisons des cookies pour nous assurer que nous vous donnons la meilleure expérience sur notre site. Voir plus à notre Confidentialité X
Benvenuto | Lieu
Accueil / annonces / CD & Vinyles


Black Sands

Assurez-Vedette €0.00

pSIMON GREEN aka BONOBO nous revient avec un quatrième album très attendu et le plus accompli paru à ce jour, le magnifique Black Sands.
br / Une fois de plus, GREEN prouve quil est un artiste et un producteur ambitieux, capable de maîtriser nimporte quel style.
br / SIMON GREEN découvre la scène jazz/hip/hop/funk/soul avec ROB LUIS.
br / Musicien accompli, il produit ses propres chansons.
br / Animal Magic, son tout premier album autoproduit du 1er au dernier titre, sort lannée suivante.
br / Acclamé comme lun des « nouveaux pionniers du downtempo », GREEN signe alors chez Ninja Tune.
br / Dial M For Monkey sort en 2003.
br / Days To Come suit en 2006 et est élu album de lannée par GILLES PETERSON.
br / Cest le déclic et grâce à cette récompense il rencontre ADREYA TRIANA, dont il produira les premiers enregistrements et qui apporte une participation essentielle à Black Sands.
br / Cest le double vocal que BONOBO recherche depuis toujours.
br / Depuis quelques années, BONOBO est devenu lun des fers de lance de lécurie Ninja Tune.
br / La combinaison de ses superbes lives et de son génie en studio fait de lui un artiste unique et Black Sands en est la preuve.
br / Cet album, composé et arrangé comme à son habitude par SIMON GREEN lui-même (il joue la plupart des instruments) est un chef doeuvre de maîtrise technique et dinspiration musicale.
br / The Key - superbe premier single extrait de Black Sands - envahit aujourdhui les ondes.
br / BONOBO et ADREYA TRIANA convolent aujourdhui sur les sentiers dorés du succès ... /p h3Critique/h3 pLorsqu’il ne fait pas le singe sous le nom de Bonobo, Simon Green joue de la contrebasse et de la basse électrique, et, compositeur, producteur, et DJ britannique, est la star du label Ninja Tune (autant dire, l’éminence flamboyante d’une musique cool, fortement influencée par le jazz, et terriblement élégante).
br / Après s’être strictement voué à la musique instrumentale, Green s’est, en outre, essayé, dès 2007, à composer pour des amis vocalistes.brbr Black Sands, quatrième opus du monsieur, qui accueille Andreya Triana (nouvelle voix angélique à trouver asile chez Ninja Tune, et entre autres ici présente grâce à « Eyesdown », qualifié dans ses nappes rampantes d’archétype du two-step, et « Wonder When », minutes futées induites par les claquements de doigts et le rythme tressautant, propres à émouvoir les dance-floors), confirme la tendance, en particulier dans le premier single extrait de l’album, un « The Keeper » impulsé par un malin riff de guitare élégante, et une ferveur soul, qu’on pourrait sans risques attribuer à Wes Montgomery ou George Benson, ce qui, en l’occurrence, revient exactement au même.
br / brbrDonc, Bonobo nous fait ici voyager : du très cinématographique « Kiara » (et son prélude), en succédané de quelques mignardises asiatiques, à la bossa nova éruptive de « El Toro » (à la sonorité de violon déterminé sur claquements rythmiques, proches des archétypes caraïbéens), en passant par un titre éponyme, en conclusion de l’album, étonnamment nostalgique, et proche des valses tristes d’un Yann Tiersen.
br / Le sorcier des sons visite avec bonheur tous ces panoramas, poussant l’investigation jusqu’aux harmonies entêtées de la musique répétitive américaine (« Animals »), démontrant que l’artiste a, non seulement des lettres, mais de plus sait parfaitement les déchiffrer et en extraire la substantifique moelle.brbr Faisant largement imploser les clichés de la dance-music, Black Sands démontre que Bonobo est désormais parvenu au statut incontestable de producteur, créateur, et innovateur, sachant à la fois manier un sens épique des grandes envolées, et la dimension purement instrumentale (Green assume la plupart des pupitres) d’une musique qui, habituellement, se décline plutôt au-dessus des platines.
br / Tout à la fois émouvant et contemporain, cet album constitue une authentique réussite.br br b/bbr/br/bChristian Larrède/b - Copyright 2017 Music Story /p  CD  (29 mars 2010) Nombre de disques:  1 Label:  Ninja Tune ASIN :  B0035UHJCE Autres éditions :  CD | Album vinyle | Téléchargement MP3  Moyenne des commentaires client :  4.9 étoiles sur 5 11 commentaires client  Classement des meilleures ventes d:  11.772 en CD & Vinyles (Voir les 100 premiers en CD & Vinyles) SIMON GREEN aka BONOBO nous revient avec un quatrième album très attendu et le plus accompli paru à ce jour, le magnifique Black Sands.
br / Une fois de plus, GREEN prouve quil est un artiste et un producteur ambitieux, capable de maîtriser nimporte quel style.
br / SIMON GREEN découvre la scène jazz/hip/hop/funk/soul avec ROB LUIS.
br / Musicien accompli, il produit ses propres chansons.
br / Animal Magic, son tout premier album autoproduit du 1er au dernier titre, sort lannée suivante.
br / Acclamé comme lun des « nouveaux pionniers du downtempo », GREEN signe alors chez Ninja Tune.
br / Dial M For Monkey sort en 2003.
br / Days To Come suit en 2006 et est élu album de lannée par GILLES PETERSON.
br / Cest le déclic et grâce à cette récompense il rencontre ADREYA TRIANA, dont il produira les premiers enregistrements et qui apporte une participation essentielle à Black Sands.
br / Cest le double vocal que BONOBO recherche depuis toujours.
br / Depuis quelques années, BONOBO est devenu lun des fers de lance de lécurie Ninja Tune.
br / La combinaison de ses superbes lives et de son génie en studio fait de lui un artiste unique et Black Sands en est la preuve.
br / Cet album, composé et arrangé comme à son habitude par SIMON GREEN lui-même (il joue la plupart des instruments) est un chef doeuvre de maîtrise technique et dinspiration musicale.
br / The Key - superbe premier single extrait de Black Sands - envahit aujourdhui les ondes.
br / BONOBO et ADREYA TRIANA convolent aujourdhui sur les sentiers dorés du succès ... Critique Lorsqu’il ne fait pas le singe sous le nom de Bonobo, Simon Green joue de la contrebasse et de la basse électrique, et, compositeur, producteur, et DJ britannique, est la star du label Ninja Tune (autant dire, l’éminence flamboyante d’une musique cool, fortement influencée par le jazz, et terriblement élégante).
br / Après s’être strictement voué à la musique instrumentale, Green s’est, en outre, essayé, dès 2007, à composer pour des amis vocalistes.
br / Black Sands, quatrième opus du monsieur, qui accueille Andreya Triana (nouvelle voix angélique à trouver asile chez Ninja Tune, et entre autres ici présente grâce à « Eyesdown », qualifié dans ses nappes rampantes d’archétype du two-step, et « Wonder When », minutes futées induites par les claquements de doigts et le rythme tressautant, propres à émouvoir les dance-floors), confirme la tendance, en particulier dans le premier single extrait de l’album, un « The Keeper » impulsé par un malin riff de guitare élégante, et une ferveur soul, qu’on pourrait sans risques attribuer à Wes Montgomery ou George Benson, ce qui, en l’occurrence, revient exactement au même.
br / Donc, Bonobo nous fait ici voyager : du très cinématographique « Kiara » (et son prélude), en succédané de quelques mignardises asiatiques, à la bossa nova éruptive de « El Toro » (à la sonorité de violon déterminé sur claquements rythmiques, proches des archétypes caraïbéens), en passant par un titre éponyme, en conclusion de l’album, étonnamment nostalgique, et proche des valses tristes d’un Yann Tiersen.
br / Le sorcier des sons visite avec bonheur tous ces panoramas, poussant l’investigation jusqu’aux harmonies entêtées de la musique répétitive américaine (« Animals »), démontrant que l’artiste a, non seulement des lettres, mais de plus sait parfaitement les déchiffrer et en extraire la substantifique moelle.
br / Faisant largement imploser les clichés de la dance-music, Black Sands démontre que Bonobo est désormais parvenu au statut incontestable de producteur, créateur, et innovateur, sachant à la fois manier un sens épique des grandes envolées, et la dimension purement instrumentale (Green assume la plupart des pupitres) d’une musique qui, habituellement, se décline plutôt au-dessus des platines.
br / Tout à la fois émouvant et contemporain, cet album constitue une authentique réussite.
br / Christian Larrède - Copyright 2017 Music Story
Signaler un abus Email cette annoncePost# A104932 Visites
Tag: black sands

L'utilisateur n'accepte PAS de se faire contacter par des entreprises.

Black Sands Brewery Beer, Food, and Homebrew Supplies 701 Haight Street, San FranciscBlack sand is sand that is black in color.
One type of black sand is a heavy, glossy, partly magnetic mixture of usually fine sands, found as part of a placer depositAlbum: Black Sands This feature is not available right now.
Please try again laterThis feature is not available right now.
Please try again laterBlack Sands Brewing Company New Zealand Yeast Meets West.
The Home of West Auckland's Craft Beer.
Our mission is to produce quality handmade classic ales and ..House Made Beer & Plates Drink beer with breakfast, lunch, and dinneBlack Rock Sands cammping and Touring Site in North Wales with photographs by John KielBlack Rock Sands Even though the name suggests a dark beach, you won’t see much in the way of blackness.
Black Rock Sands is an open, wide beach with fine sands제1조 본 약관의 적용.
1.
당 호텔이 체결하는 숙박계약 및 여기에 관계되는 계약은 본 계약이 정하는 바에 의하는 것으로 ..Bethanie Mattek (épouse Sands) Carrière professionnelle: 1999: Pays États-Unis: Naissance: 23 mars 1985 (32 ans) Rochester: Taille / poids: 1,68 m (5′ 6″) / 66 ..
Assurez-Vedette
Annonces Correspondantes
Ariadne auf Naxos
Ariadne auf Naxos
annonces / CD & Vinyles
Recherche Avancée:

Categories »

annonces (8630)
    CD & Vinyles(4481)
    Parfums(4149)


feedfury.com Copyright © 2014 - 2017 telephonesett.com. All Rights Reserved.
Conditions d'utilisation Confidentialité Publier une annonce » Modifier Contact