Nous utilisons des cookies pour nous assurer que nous vous donnons la meilleure expérience sur notre site. Voir plus à notre Confidentialité X
Benvenuto | Lieu
Accueil / annonces / CD & Vinyles


Born This Way

Assurez-Vedette €0.00

pEn una entrevista con la BBC News, Gaga habló sobre Born This Way y dijo que «el álbum es el matrimonio de la música electrónica con las melodías épicas, me atrevo a decir incluso, el metal o el rock n roll.
br / Del pop con las melodías bailables bastante marcadas y pegajosas.
br / Está terminado, y todos estamos ajustando todo.
br / Es algo así como la etapa post-operatoria del álbum.
br / Ya he hecho la cirugía de corazón, ahora sólo lo hay que de coser de nuevo.
br / Creo que líricamente este álbum es más poético.
br / Esta realmente escrito por los fans, ellos lo escribieron para mí, porque todas las noches están canalizando tanto en mí.
br / Así que lo escribí por ellos y para ellos.
br / Born This Way, es todo acerca de mis pequeños monstruos y yo, la madre monstruo» /p h3Critique/h3 pEntre le jambon de pays pour robe de haute couture supposée, et une crise de larmes documentarisée comme une vertigineuse mise en abyme pour celle qu’on présente jusqu’à la nausée comme la nouvelle Madonna, 2011 n’a pas été une emannus horibilis/em pour Lady Gaga, mais une période sacrément délicate à négocier.
br / Et les déclarations péremptoires de son management (le nouvel album n’a pas été uniquement conçu dans le but de gagner de l’argent) pouvaient de surcroît en lever de rideau notablement irriter des esprits déjà enclins à la méchanceté.brbr Avec Born This Way, heureusement et alléluia, tout rendre dans l’ordre : le produit – dans lequel Lady Gaga épanouit sa passion pour le sexe, le cuir, la chair palpitante et les grosses motos, un peu comme a pu le laisser jaillir le metteur en scène David Cronenberg avec Crash - s’apprête à inonder les gondoles de supermarché, et les médias, en direct de Cannes ou pas, déroulent une langue souple comme un tapis rouge à la chanteuse.
br / Et c’est très bien comme cela : ce troisième album, précédé de quelques chansons en avant-garde (en désordre, « Hair », « The Edge Of Glory », la chanson éponyme, ou le très fuité « Judas », dans lequel la dame parvient haut la main à se pasticher elle-même) constitue en effet et de manière évidente un chef d’œuvre du genre.
br / brbrCar on a mis toutes les chances du bon côté du tiroir-caisse (on note la participation des producteurs RedOne, ou du franchement pas raccord Robert John Mutt Lange, auquel on ne pardonnera jamais son travail auprès de Billy Ocean ou Def Leppard, mais qui assume ici un éblouissant contre-emploi), et on offre un sens de la production authentiquement nickel-chrome, comme on l’exprime dans les films de Robert Guédiguian, en évoquant tout à fait autre chose.
br / brbrPour le reste, on lit ici que ce disque constitue la parfaite synthèse entre The Ronettes et la techno belge, et quoi que cela signifie, on est parfaitement d’accord.
br / Ailleurs, on déchiffre que certains refrains ne sont pas sans emprunter les brisées d’une Whitney Houston, et on agrée tout pareil.
br / Plus loin encore, on certifie que tels saxophones interviennent en réminiscence de Bruce Springsteen (en fait, les gars, c’est Clarence Clemons qui souffle au sein de l’E Street band, pas le Boss) ou de Take That, au choix, et on valide itou.
br / Plus sérieusement, on baissera les armes devant les très gais refrains de « Hair » ou « Bad Kids », restera fasciné face au kitsch hallucinant d’ « Americano » (la Conchita de la Gaga a manifestement acheté une guitare espagnole), et s’inclinera chapeau bas devant « Highway Unicorn (Road to Love) », digest en une poignée de minutes d’influences hardcore, régurgitées par un orchestre de chambre légèrement pervers.
br / Et comme on reste d’indécrottables romantiques, on grattera la chair du disque jusqu’à l’os, pour tenter d’y dénicher quelques moments d’authenticité.
br / brbrNotre panier à provision reviendra ainsi chargé du refrain de « The Edge of Glory », où la sale peste décline un sincère amour pour un aïeul parti ailleurs, et de celui de « You and I », étonnant bastringue manifestement dédié à une très chère amie.
br / Quatorze chansons qui s’adressent aux fans absolus, aux amateurs de virée nocturne, et à ceux qui n’achètent jamais de disques, mais se résoudront à le glisser dans le Caddie de leur samedi matin : cela finit par faire, on en conviendra, beaucoup de monde.brbr Dans un album qualifié par le marketing lui-même de phénomène de l’année, Lady Gaga, vulgaire et sublime tout à la fois, pousse le bouchon exactement là où on espérait le voir : trop loin.
br / Trop de rythmes implacables, trop d’émotions protéiformes, trop de gestion rigoureuse d’une dialectique hédoniste.
br / Et les chansons en ressortent illuminées comme d’une aura céleste, car ce trop combat à grandes scansions d’hymnes pour dance-floors le trop peu de notre époque.
br / Et pour ce, on ne vous remerciera jamais assez, Madame Gaga.br/br/bChristian Larrède/b - Copyright 2017 Music Story /p En una entrevista con la BBC News, Gaga habló sobre Born This Way y dijo que «el álbum es el matrimonio de la música electrónica con las melodías épicas, me atrevo a decir incluso, el metal o el rock n roll.
br / Del pop con las melodías bailables bastante marcadas y pegajosas.
br / Está terminado, y todos estamos ajustando todo.
br / Es algo así como la etapa post-operatoria del álbum.
br / Ya he hecho la cirugía de corazón, ahora sólo lo hay que de coser de nuevo.
br / Creo que líricamente este álbum es más poético.
br / Esta realmente escrito por los fans, ellos lo escribieron para mí, porque todas las noches están canalizando tanto en mí.
br / Así que lo escribí por ellos y para ellos.
br / Born This Way, es todo acerca de mis pequeños monstruos y yo, la madre monstruo» Critique Entre le jambon de pays pour robe de haute couture supposée, et une crise de larmes documentarisée comme une vertigineuse mise en abyme pour celle qu’on présente jusqu’à la nausée comme la nouvelle Madonna, 2011 n’a pas été une annus horibilis pour Lady Gaga, mais une période sacrément délicate à négocier.
br / Et les déclarations péremptoires de son management (le nouvel album n’a pas été uniquement conçu dans le but de gagner de l’argent) pouvaient de surcroît en lever de rideau notablement irriter des esprits déjà enclins à la méchanceté.
br / Avec Born This Way, heureusement et alléluia, tout rendre dans l’ordre : le produit – dans lequel Lady Gaga épanouit sa passion pour le sexe, le cuir, la chair palpitante et les grosses motos, un peu comme a pu le laisser jaillir le metteur en scène David Cronenberg avec Crash - s’apprête à inonder les gondoles de supermarché, et les médias, en direct de Cannes ou pas, déroulent une langue souple comme un tapis rouge à la chanteuse.
br / Et c’est très bien comme cela : ce troisième album, précédé de quelques chansons en avant-garde (en désordre, « Hair », « The Edge Of Glory », la chanson éponyme, ou le très fuité « Judas », dans lequel la dame parvient haut la main à se pasticher elle-même) constitue en effet et de manière évidente un chef d’œuvre du genre.
br / Car on a mis toutes les chances du bon côté du tiroir-caisse (on note la participation des producteurs RedOne, ou du franchement pas raccord Robert John Mutt Lange, auquel on ne pardonnera jamais son travail auprès de Billy Ocean ou Def Leppard, mais qui assume ici un éblouissant contre-emploi), et on offre un sens de la production authentiquement nickel-chrome, comme on l’exprime dans les films de Robert Guédiguian, en évoquant tout à fait autre chose.
br / Pour le reste, on lit ici que ce disque constitue la parfaite synthèse entre The Ronettes et la techno belge, et quoi que cela signifie, on est parfaitement d’accord.
br / Ailleurs, on déchiffre que certains refrains ne sont pas sans emprunter les brisées d’une Whitney Houston, et on agrée tout pareil.
br / Plus loin encore, on certifie que tels saxophones interviennent en réminiscence de Bruce Springsteen (en fait, les gars, c’est Clarence Clemons qui souffle au sein de l’E Street band, pas le Boss) ou de Take That, au choix, et on valide itou.
br / Plus sérieusement, on baissera les armes devant les très gais refrains de « Hair » ou « Bad Kids », restera fasciné face au kitsch hallucinant d’ « Americano » (la Conchita de la Gaga a manifestement acheté une guitare espagnole), et s’inclinera chapeau bas devant « Highway Unicorn (Road to Love) », digest en une poignée de minutes d’influences hardcore, régurgitées par un orchestre de chambre légèrement pervers.
br / Et comme on reste d’indécrottables romantiques, on grattera la chair du disque jusqu’à l’os, pour tenter d’y dénicher quelques moments d’authenticité.
br / Notre panier à provision reviendra ainsi chargé du refrain de « The Edge of Glory », où la sale peste décline un sincère amour pour un aïeul parti ailleurs, et de celui de « You and I », étonnant bastringue manifestement dédié à une très chère amie.
br / Quatorze chansons qui s’adressent aux fans absolus, aux amateurs de virée nocturne, et à ceux qui n’achètent jamais de disques, mais se résoudront à le glisser dans le Caddie de leur samedi matin : cela finit par faire, on en conviendra, beaucoup de monde.
br / Dans un album qualifié par le marketing lui-même de phénomène de l’année, Lady Gaga, vulgaire et sublime tout à la fois, pousse le bouchon exactement là où on espérait le voir : trop loin.
br / Trop de rythmes implacables, trop d’émotions protéiformes, trop de gestion rigoureuse d’une dialectique hédoniste.
br / Et les chansons en ressortent illuminées comme d’une aura céleste, car ce trop combat à grandes scansions d’hymnes pour dance-floors le trop peu de notre époque.
br / Et pour ce, on ne vous remerciera jamais assez, Madame Gaga.Christian Larrède - Copyright 2017 Music Story
Signaler un abus Email cette annoncePost# A107912 Visites
Tag: born

L'utilisateur n'accepte PAS de se faire contacter par des entreprises.

written by lady gaga.
executive producer: vincent herbert.
directed by nick knight.
choreography by laurie ann gibson.
lady gaga / joanne new album / out ..Directed by Frank Pierson.
With Barbra Streisand, Kris Kristofferson, Gary Busey, Oliver Clark.
A has-been rock star falls in love with a young, up-and-coming songstressDirected by Oliver Stone.
With Tom Cruise, Raymond J.
Barry, Caroline Kava, Josh Evans.
The biography of Ron Kovic.
Paralyzed in the Vietnam war, he becomes an anti ..The Animals - The House of the Rising Sun Mafia III Trailer 3 Casino !!! - Duration: 4:19.
José Antonio 204,171,733 viewBorn to Run: A Hidden Tribe, Superathletes, and the Greatest Race the World Has Never Seen [Christopher McDougall] on Amazon.com.
*FREE* shipping on qualifying offerAs head of the Commodity Futures Trading Commission [CFTC], Brooksley Born became alarmed by the lack of oversight of the secretive, multitrillion-dollar over-the ..Stacker counts down iconic holiday gifts from 1920 to todaDear Advocaters, I don’t know about you but I can’t believe that 2018 is almost here! Next year is the 20th anniversary of the HCV Advocate newsletter and we will ..Two Endangered Sri Lankan Leopard cubs at the Czech Republic’s Zoo Brno had their first veterinary checkup last week.
Born in November 2017 to female Nayana, the ..Review Newsday's contributor's Opinions & analysis about Long Island & NYC.
Our editorial boards, columns, & op-eds are informative & fun reads.
Join us today
Assurez-Vedette
Annonces Correspondantes
80 Hits Années 80
80 Hits Années 80
annonces / CD & Vinyles
No Plan - Ep
No Plan - Ep
annonces / CD & Vinyles
A State of Trance 2017
A State of Trance 2017
annonces / CD & Vinyles
Jonas Kaufmann : La fanciulla del West
Jonas Kaufmann : La fanciulla del West
annonces / CD & Vinyles
The Sound of Lalo Schifrin
The Sound of Lalo Schifrin
annonces / CD & Vinyles
A Nos 10 Ans
A Nos 10 Ans
annonces / CD & Vinyles
Chopin : Journal Intime
Chopin : Journal Intime
annonces / CD & Vinyles
Hypnotize
Hypnotize
annonces / CD & Vinyles
BEYONCE-LEMONADE
BEYONCE-LEMONADE
annonces / CD & Vinyles
In Extremis
In Extremis
annonces / CD & Vinyles
Veuillez Rendre LAme
Veuillez Rendre LAme
annonces / CD & Vinyles
Collection Best Of : Flammes
Collection Best Of : Flammes
annonces / CD & Vinyles

annonces / CD & Vinyles
Richard Galliano - Bach
Richard Galliano - Bach
annonces / CD & Vinyles
Michel Fugain, les Annees Big Bazar
Michel Fugain, les Annees Big Bazar
annonces / CD & Vinyles
Melodies en noir et blanc
Melodies en noir et blanc
annonces / CD & Vinyles
Le Spectacle Musical (DVD + CD)
Le Spectacle Musical (DVD + CD)
annonces / CD & Vinyles
Kimi No Na Ha
Kimi No Na Ha
annonces / CD & Vinyles
Choir of the Mind
Choir of the Mind
annonces / CD & Vinyles
High Times Singles (1992-2006)
High Times Singles (1992-2006)
annonces / CD & Vinyles
Recherche Avancée:

Categories »

annonces (8882)
    CD & Vinyles(4726)
    Parfums(4156)


feedfury.com Copyright © 2014 - 2018 telephonesett.com. All Rights Reserved.
Conditions d'utilisation Confidentialité Publier une annonce » Modifier Contact